AEFE, MLF - recrutés locaux non rapatriés et détachés rapatriés de Libye, le Sgen interroge l'AEFE et la MLF - Sgen-CFDT de l'étranger

AEFE, MLF - recrutés locaux non rapatriés et détachés rapatriés de Libye, le Sgen interroge l’AEFE et la MLF

jeudi 10 mars 2011

Copie du courrier adressé le 10 mars 2011 à la directrice de l’AEFE, madame Anne-Marie Descôtes, au directeur de la Mission laïque française, monsieur Jean-Christophe Deberre, au sujet de la situation de l’ensemble des personnels employés au Lycée français de Tripoli, Libye

PDF - 195.8 ko
courrier Libye personnels 10 mars 2011

Paris, le 10 mars 2011

A l’att. de Madame la directrice de l’AEFE
Anne-Marie Descôtes
19-21 rue du Colonel Pierre Avia
75015 PARIS

A l’att. de Monsieur le directeur général de la MLF
Jean-Christophe Deberre
9, rue Humblot
75015 Paris

Madame la directrice de l’AEFE, Monsieur le directeur de la MLF,

Nous tenons tout d’abord à saluer les personnels de l’AEFE et de la MLF présents à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle le 23 février 2011 pour la qualité de l’accueil réservé aux rapatriés en état de choc, en provenance de Tripoli.

Nous nous posons maintenant, en tant qu’organisation syndicale, plusieurs questions sur la situation actuelle et l’avenir des personnels compte tenu de la situation très dégradée en Libye. Nous vous saurions gré d’y apporter une réponse, d’autant qu’il semble peu probable que l’établissement puisse rouvrir à court terme.

Les personnels recrutés sur des contrats locaux n’ayant pas été rapatriés, nous souhaitons savoir s’ils bénéficient d’une attention particulière et si des mesures de protection en cas d’aggravation du conflit sont prévues. Nous souhaitons savoir si, l’établissement étant fermé, ils continuent et continueront de percevoir leurs rémunérations jusqu’à la réouverture de l’établissement.

Les personnels détachés ont été rapatriés. Si le décret n°2002-22 qui régit leur situation administrative et financière prévoit la position d’appel spécial pour les personnels expatriés dans son article 13, rien n’est en revanche prévu pour les personnels résidents.

Vous conviendrez que ce vide administratif porte préjudice aux personnels en cas de conflit, que cette situation est insatisfaisante puisqu’elle contraint l’Agence à placer les collègues résidents rapatriés en « vacances scolaires », dans le cas présent jusqu’au 31 mars 2011 d’après les informations dont nous disposons. L’aménagement de cette situation non prévue par décret, s’il n’est pas des pires, doit être amélioré. Pour ce faire, les statuts des personnels et le décret n°2002-22 doivent être réformés en vue d’établir une situation juste et équitable pour tous les personnels détachés.

Mais, dans l’immédiat et compte tenu de l’urgence, le Sgen-CFDT de l’étranger demande que les personnels résidents, au cas où il ne leur serait pas possible de reprendre leur activité professionnelle à Tripoli, bénéficient de :

  • une réintégration tardive, avec un délai de 3 mois, avec un lieu d’affectation négocié avec le MEN, à savoir dans l’académie du choix des personnels pour le second degré ou du département pour le premier degré ;
  • un billet aller-retour pour une personne afin de récupérer les biens non rapatriés pour ceux qui choisiront de ne pas retourner en Libye ;
  • une prime d’installation en France, les personnels et leur famille ayant dû tout abandonner en Libye.

Les personnels résidents rapatriés de Libye sont au nombre de 12. Nous ne doutons pas que tout sera mis en œuvre pour les satisfaire. Nous ne doutons pas non plus, compte tenu du choc qu’ils ont subi, de la qualité du suivi effectué par la cellule de crise, sachant que certains sont actuellement hébergés à l’hôtel et à leurs frais. Nous aimerions que nous soit communiqué un état de la situation de ces collègues.

En l’attente de vos réponses, nous nous tenons également à disposition pour tout échange sur ce sujet.

Veuillez recevoir, madame la directrice de l’AEFE, monsieur le directeur général de la MLF, l’expression de mes sincères salutations.

Pascale Canova
secrétaire générale

Copie à :

  • M. Christian Masset, directeur général de la mondialisation, président du conseil d’administration de l’AEFE
  • M. François Saint-Paul, directeur des Français à l’étranger et des étrangers en France

Commentaires