Groupe de travail pour le recrutement en écoles européennes, rentrée 2017

jeudi 4 mai 2017

PDF - 51.2 ko
Groupe de travail pour le recrutement en écoles européennes, rentrée 2017

Les groupes de travail pour l’attribution des postes en écoles européennes pour la rentrée 2017 se sont réunis le jeudi 4 mai en présence du Sgen-CFDT de l’étranger.

Les candidats nous ayant renvoyé une fiche syndicale ont été prévenus directement de la suite donnée à leur candidature.

JPEG - 9.9 ko

Premier degré

Le 4 mai 2017 à 9 h 30

Cette année il y avait 4 postes disponibles proposés au BO pour le premier degré.

  • 78 dossiers reçus
  • 24 écartés sur les critères définis en octobre 2015
  • 54 dossiers étudiés en définitive.

Dossiers écartés :

  • 6 enseignants de moins de trois ans en France après titularisation
  • 3 enseignants de plus de 9 ans et + à l’étranger
  • 3 avec demande de détachement en cours à l’AEFE
  • 3 occupent les fonctions de chargés de cours.
  • 3 postulants sur des écoles qui ne proposent pas de postes.
  • 3 candidatures hors délai (reçus jusqu’en date du 10 avril ; la date limite officielle était le 31 mars).

Certains dossiers auraient pu être bloqués par les départements. Une piqûre de rappel a été faite pour éviter les retards de transmission.

Discussion sur le refus des candidatures des chargés de cours :
Ces refus posent des problèmes éthiques et humains. La demande est formulée d’une nouvelle discussion sur les critères de recevabilité des dossiers pour rectifier les décisions de la réunion de décembre 2015. Cette année a eu lieu une grande campagne d’évaluation des personnels en vue de la stabilisation du statut des personnels chargés de cours. Un nouveau statut des chargés de cours a été adopté il y a quelques mois.

Dans la note de service, sont évoqués 4 postes. Mais dans les faits 7 postes sont à pourvoir. En effet, l’année dernière ont été créés 4 postes pour soutenir l’école de Birkendael. Au mois de juin, deux PE ont été recrutés comme directeurs-adjoints dans le réseau des écoles, il faut donc les remplacer sur leurs postes d’enseignants. Cela fait 6 postes plus un collègue dont le prolongement de mission n’a pas été octroyé après deux ans, sur avis de l’inspection et du directeur de l’école.

Il y a eu donc cette année ces 6 recrutements :

  1. Luxembourg I en maternelle
  2. Varèse élémentaire
  3. Bruxellles II élémentaire
  4. Bruxelles IV élémentaire
  5. Munich élémentaire
  6. Bergen élémentaire

On ne peut pourvoir que 6 postes sur 7 libérés effectivement à cause de l’absence d’un nombre de supports budgétaires suffisant. Pour pallier à cela, il y aura donc des solutions provisoires (chargés de cours). À Bruxelles III pas de remplacement cette année, et sur les deux départs de Bruxelles II l’an prochain, un seul remplacement. Il y aura donc à terme le gel de deux postes. Le choix de ces deux postes s’explique : on ne touche pas aux postes de maternelle, pas à celui de Varèse (compliqué de recruter), ni à Munich, ni à Bergen du fait des difficultés de la section francophone ; il ne restait donc plus que Bruxelles pour geler ces postes sur deux années successives.

Second degré

Le 4 mai 2017 à 14 h

Sont présents notamment des représentants des syndicats Sgen-CFDT, FO, SE-UNSA, SNALC, SNES-FSU. L’Administration est représentée par MM. Dominique Willé, IA-IPR chargé de mission pour les Écoles européennes, et Julien Moissette, chef du bureau des personnels du second degré non affectés en académie.

Cette année, 17 postes disponibles proposés au BO pour le second degré :

  • 127 dossiers reçus
  • 63 écartés sur les critères définis en octobre 2015
  • seulement 53 dossiers étudiés en définitive.

Dossiers écartés : motifs évoqués et chiffrage

  • 9 enseignants avec moins de trois ans en France après titularisation
  • 3 au-delà de la limite d’âge
  • 7 enseignants de plus de 9 ans et + à l’étranger
  • des collègues ayant obtenu un détachement pour un poste à l’AEFE
  • des collègues qui occupent les fonctions de chargés de cours dans les EE.
  • des collègues qui postulent sur des écoles qui ne proposent pas de postes.
  • 9 candidatures hors délai (reçues jusqu’en date du 10 avril ; la date limite officielle était le 31 mars)

• 17 postes proposés

  • 1 poste en histoire géographie
  • 1 poste en sciences physiques
  • 4 postes en mathématiques
  • 4 postes en lettres classiques
  • 4 postes en lettres modernes
  • 2 postes en sciences et vie de la terre
  • 1 poste en EPS

Rapport sur la réunion du conseil supérieur des écoles européennes

Création d’un groupe de travail sur les conséquences du Brexit pour savoir qui prendra en charge les sections britanniques après le départ des enseignants. Des discussions sur les chargés de cours avec un statut renforcé, il y a 1 000 chargés de cours environ aujourd’hui ; une évaluation est en cours pouvant donner droit à un CDI (un texte a été publié sur le site des écoles européennes). Le projet de création d’une école de Bruxelles V et de Brindisi est reporté. Il est question de fermer l’école de Mol qui est en difficulté. Culham ferme et devient une école agréée. Tous les chargés de cours seront repris par l’école agréée qui lui succède dans les locaux. En décembre aura lieu la prochaine réunion conseil supérieur des écoles européennes.

Rediscussions des critères de recrutement

Face à l’augmentation du nombre des dossiers écartés, une réunion aura lieu le 7 septembre 2017, pour rediscuter des critères de recevabilité et essayer de les assouplir.

La question de la mise en œuvre de la PPCR

Sur l’évaluation et le décret de la PPCR, les personnels sont sous l’autorité d’un recteur mais il va falloir statuer juridiquement sur le statut des écoles européennes pour connaître la nature du lien hiérarchique.

Les inspections en 2e et en 5e année sont toujours règlementées par les textes. On ne sait pas encore comment ces inspections seront compatibles avec les PPCR.

Meilleure identification des postes proposés.

Il est demandé une fois encore que les lieux des postes soient indiqués à titre indicatif même si les mutations internes peuvent changer leur localisation.

  • Les mutations internes pour la rentrée 2017 : trois mutations internes autorisées
  1. De Mol vers Bruxelles II en physique-chimie
  2. De Munich vers Bruxelles II en lettres modernes
  3. De Bruxelles II vers Bruxelles I en physique-chimie
  • Fermeture de Culham : les professeurs de Culham transférés à Bruxelles Les trois professeurs restants sous contrat sont nommés à Bruxelles, en lettres, en mathématiques, SVT. Le support d’histoire de Culham ira à Bruxelles IV. C’est le premier poste en histoire-géographie à Bruxelles IV (le professeur de Culham est en fin de contrat de 9 ans le support est vacant). Les quatre postes sont donc comme quatre créations.
  • Les 10es années : 4 propositions ont été retenues L’initiative de ces « dixièmes années » revient à la direction de l’école qui rencontre ou non le soutien de l’inspecteur. Quatre ont été retenues cette année mais seule trois ont été acceptées. Ces quatre 10es années modifient quelque peu l’usage de l’autorisation des 10es années octroyées au « compte-goutte » les années précédentes.

Pour les dossiers arrivés en retard :

Même difficulté que l’an passé. Comme la publication a été avancée, il y avait la logique d’un calendrier habituel avec une amplitude confortable d’où la nécessité de tenir le calendrier. Les dossiers ont été acceptés jusqu’au 7 avril. C’est à dire une semaine de délai. De gros retard sur les dossiers provenant du Maroc avec manifestement des dysfonctionnements au niveau du SCAC.

  • À noter qu’il y aura un poste en EPS à Luxembourg l’an prochain (à retenir pour information)

Commentaires